L’ Importance de la posture en Sophrologie

Chaque posture porte une intention en sophrologie. L’intention d’activer toujours nos perceptions,  notre conscience.

Notre présence au monde s’exprime par notre posture 

En sophrologie, 5 postures seront utilisées :

  • la posture 1er degré : debout, la plante des pieds en contact avec le sol, les mains posées sur le bas ventre. Cette posture favorise la prise de conscience de l’ancrage, la présence de soi et au monde. Le simple fait de vivre sa verticalité permet de prendre conscience de son humanité. Le fait de sentir la gravité, le poids de notre corps qui descend vers le sol, nous donne une réalité (dite objective en sophrologie) de notre « état d’humain », en quelque sorte c’est une posture qui révèle la dignité de notre condition !
  • la posture de 2ème degré : posé confortablement sur un siège dans le ressenti de tous les appuis du corps. Elle permet un état de détente et renforce l’étape de la pause d’intégration  après chaque stimulation (ou activation).
  • la posture du 3ème degré : en avant sur la chaise, assis sur les ischions, les pieds légèrement en retrait sous la chaises, les pointes ancrées et les talons décollés, les poings fermés sur le bas ventre. Elle est inspirée d’une posture du Zen. Elle donne un éveil cortical tout en réveillant la présence du squelette. Utilisée pour les techniques d’activation de la mémoire.
  • la posture du 4ème degré : debout, pieds ancrés au sol et légèrement écartés, bras à la verticale, ouverts paumes vers le ciel. Elle éveille l’ouverture au monde et rend possible la capacité de canaliser en soi, de rentrer dans une conscience réceptive au monde, elle peut se vivre assis.

La posture Isocay

La posture Isocay : assis à l’avant de la chaise, les pieds bien ancrés sur le sol. Elle se vit en trois étapes, le dos arrondi et relâché, les avants bras posés sur les cuisses, toujours en prenant conscience de la forme du corps dans la posture et de l’état interne qu’elle génère, ensuite tension, les mains posées sur les genoux, inspiration, douce rétention d’air, expiration, pour  vivre un moment d’intégration de ce que la posture inspire au corps, à la conscience  dans  le relâchement, les mains posées à l’intérieur des cuisses dans une posture de détente, le dos droit sans contraction. Posture qui permet de vivre en trois mouvements une activation de la présence du corps, de stimulation (par la respiration et  la tension), de la conscience au moment de l’intégration dans la détente.


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.